« Mon souhait d’accoucher autrement… »

J’ai accouché, mis au monde, accompagné mon bébé dans sa venue au monde il y a bientôt 1mois1/2 à la maternité d’Eaubonne (hôpital Simone Veil). Je souhaitais un accouchement naturel, sans péridurale, sans épisiotomie, libre de mes mouvements contrairement à mon premier… Heureusement, le yoga (que je pratique en tant qu’élève et professeur, m’a aidé lâcher prise, à accepter ce qui est et surtout à ne pas culpabiliser. Bref, mon accouchement a été aux antipodes ce que j’espérais…
Nous avons subi le manque de personnel qui nous a plongé dans une grande solitude qui a été la cause de mon grand épuisement et de ces conséquences. Nous sommes arrivés à la maternité à 18h, j’avais gérer les contractions depuis le réveil… Reçus par une sage-femme… peu avenante qui nous dit que toutes les salles de travail ( les 7) sont prises… Il faut revenir dans 2h nous dit-on… « Allez marcher, mais pas trop non plus ! » Nous voilà donc repartis pour chez nous… les contractions deviennent plus intenses mais je gère… d toute façon mon corps a entendu qu’il fallait pas aller trop vite. 2h plus tard nous voilà de retour à la maternité. L’accueil est un peu plus agréable, plus doux… Examens de contrôle avant d’aller en salle de préparation à la naissance… Comme le travail a duré longtemps (de 20h à 10h41) nous avons vu les changements d’équipe et donc les 3 sages-femme de service ces jours là… Comme je le disais plus haut nous nous sommes sentis seuls. Seuls face aux (très fortes) contractions (nous pouvions voir l’intensité des autres contractions sur les monitoring)… Je me suis peu à peu épuisée en gérant mes contractions (chants, ballons, baignoire d’eau chaude)… Elles étaient tellement fortes que la rupture de la poche des eaux nous a fait sursauter mon compagnon et moi-même ! Nous aurions aimé avoir à nos côtés une sage-femme pour nous épauler, nous apporter de l’énergie pour réussir à mettre au monde naturellement. Au bout d’un moment, ne pouvant plus gérer ainsi les contractions j’ai demandé la péridurale en pleurs car ce n’est pas ce que je souhaitais.
Au moment de la pose de la péridurale, j’ai eu le droit à une petite phrase « Vous aviez l’air tellement sûre de vous à ne pas vouloir de péridurale »… On ne nous a pas non plus indiqué que nous pouvions agir sur la péridurale en actionnant le bouton de la pompe…
La seule personne à avoir pris connaissance de notre projet de naissance était la sage-femme de nuit qui a été adorable heureusement. J’aurais aimé qu’elle soit plus présente, son soutien aurait été bénéfique.
Mon souhait d’accoucher autrement qu’allongée sur le dos n’a pas été pris en compte… Avec la péridurale bien sûr impossible de continuer à me déplacer et d’accoucher debout ou accroupi. J’ai formulé le souhait d’accoucher sur le côté mais dans la précipitation je suis restée sur le dos… C’est qu’après que la sage-femme de jour s’est rendue compte que je souhaitais me mettre sur le côté…
Je suis consciente que le manque de personnel est sans doute la raison de ces oublis et de cette absence de présence. Toutefois cela ne devrait pas avoir lieu… Mettre au monde est une expérience extraordinaire et aucune femme ne devrait être privée de son projet de naissance ! Je suis triste de la façon dont les choses se sont passées. Toutefois, mon bébé et moi-même n’avons pas eu de complications. Mon compagnon s’est senti inexistant et totalement transparent pendant tout le travail…
Le séjour en maternité n’a pas été des plus agréable non plus surtout en ce qui concerne l’allaitement et la demande de sortie précoce…Je ne sais pas mon témoignage peut être utile à quelque chose…

Merci d’avoir lu jusqu’au bout !

Bien à vous
Sonia

1 commentaire
Ajouter une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d’un *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.