Contre la fermeture : Vanessa R. et Vincent C.

Messieurs,

Nous avons donné naissance à nos deux fils au sein de la maison de naissance, accompagnés par Isabelle Chevalier, et ce après une expérience difficile au sein d’un circuit classique dans une maternité des Hauts de Seine. Cette démarche relevait d’un projet de naissance réfléchi et nous n’imaginions pas qu’il en soit autrement.

Nous avons appris la décision de fermeture provisoire de la maison de naissance afin de palier aux manques d’effectifs du bloc d’accouchement.

Nous ne pouvons que vous notifier notre profond regret d’une telle situation. La maternité de Pontoise offrait une diversité de choix exceptionnelle dans l’accompagnement et les modalités d’accouchement. Nous n’osons imaginer le désarroi des familles qui avaient engagé leur suivi auprès des sages-femmes de la maison de naissance. Le retentissement d’une telle décision n’est pas mesurable et très certainement pas neutre.

Vous avez décidé ce jour de ré-ouvrir la maison de naissance et nous ne pouvons que nous en réjouir.

Toutefois nous espérons sincèrement que la maison de naissance ne deviendra pas la variable d’ajustement des effectifs du « parcours classique » afin de préserver le libre choix que Pontoise propose aux parents.

Entrer dans un processus global vers un accouchement physiologique ne relève pas de la lubie ou de l’effet de mode. Cela correspond à un projet construit et conscient afin d’accompagner autrement l’arrivée de nos enfants. Pourquoi seraient-ce à ces parents de renoncer à leur projet ? Pourquoi serait-ce à ces parents de se plier à une approche de la naissance ne correspondant pas à leurs convictions ? Pourquoi considérer que les modalités de suivi de grossesse et d’accouchement importent peu ?

Alors pour tous les parents qui font ce choix, pour la sérénité de cette période qui ne doit qu’être bonheur et douceur (la vie s’en mêle déjà bien assez), pour le libre choix des familles, s’il vous plait ne revenez plus sur le formidable projet que vous soutenez depuis tant d’année.

Vanessa R. & Vincent C.