Audrey, maman de Leila

Pour notre premier enfant, nous habitions en Belgique et avions bénéficié du suivi très personnalisé d’une maison de naissance, puisqu’elles sont bien implantées là-bas, et prévu un accouchement avec les sages-femmes de la Maisonnée à Liège.

Malheureusement, notre fils est finalement né dans des conditions très médicalisées pour cause de prématurité. Bien que nécessaire, cette médicalisation nous a beaucoup pesé et a rendu difficile l’établissement du lien d’attachement avec notre fils. Il nous semblait impossible de revivre ça pour un deuxième enfant si nous avions le choix.

Une fois de retour en France, avant même d’entamer une deuxième grossesse, nous avons cherché une maison de naissance car mon mari se sentait incapable de décider d’avoir un 2ème enfant si la naissance devait avoir lieu dans les mêmes conditions.

Après de nombreuses recherches, nous avons trouvé la Maison de Naissance de Pontoise, ce qui nous a laissé entrevoir l’espoir d’un accouchement en douceur, comme nous le rêvions.

Dès que nous avons su que j’étais enceinte de notre deuxième enfant, j’ai contacté Pontoise et eu la chance de rencontrer Isabelle. L’accompagnement global correspond exactement à ce dont j’avais besoin, l’écoute et la patience d’Isabelle ont eu raison de mes dernières réticences et appréhensions et nous ont permis, grâce à un long travail de préparation avant la naissance que cet accouchement se déroule dans des conditions idéales, en toute intimité, sans geste médical intrusif et inutile, sauf au moment opportun (rupture de la poche des eaux par la sage-femme qui a permis une fin de travail efficace et une naissance rapide), avec un retour précoce à la maison 12h après la naissance.

Ce type d’accouchement et de suivi à domicile a également l’avantage non négligeable de représenter un coût nettement moindre pour la sécurité sociale qu’un accouchement classique !

Au contraire du suivi hospitalier, où la femme enceinte a l’impression de n’être réduite qu’à un numéro et où ses inquiétudes sont niées et bafouées, et où elle-même peut être complètement dépossédée de son accouchement, nous avons été acteur de la naissance de notre fille, et 18 mois après, cette petite fille pleine de vie et de joie nous conforte dans l’idée qu’une naissance respectée est pour beaucoup dans l’établissement d’un lien de sécurité et d’amour avec ses parents.

Merci encore à la maison de naissance et surtout à ses sages-femmes à la fois humaines et compétentes.

Pour toutes ces raisons, nous militons avec ferveur pour le maintien des structures des maisons de naissance, dans le but de permettre à tous les parents de faire un CHOIX ÉCLAIRÉ sur les conditions de naissance de leur enfant, plutôt que de devoir subir le protocole hospitalier avec les conséquences qu’on lui connaît parfois (la médicalisation excessive pouvant entraîner une cascade d’actes médicaux non négligeables et parfois dommageables pour l’établissement du lien mère-enfant : par exemple une péridurale entraînant un arrêt du travail puis une césarienne avec séparation précoce de la mère et de son bébé etc…).